top

Quel matériel bikepacking choisir ?

Le phénomène bikepacking séduit de plus en plus de cyclotouristes. Les cyclistes en quête d’aventure et de liberté y trouvent le moyen de voyager de manière légère, autonome et flexible. Pourtant, avec son volume de chargement limité, le bikepacking exige une grande organisation pour une répartition intelligente du matériel, ainsi qu’un bon choix de vélo et de sacoches. En fin de fiche, nous vous proposons notre liste du matériel bikepacking à emporter, téléchargeable en PDF.

Qu’est-ce que le bikepacking ?

Les avantages du bikepacking

Quels sont les avantages du bikepacking ? Tout d'abord, il faut préciser que le bikepacking tire son nom du backpacking. Le backpacking consiste à voyager à pied avec pour seul bagage un sac à dos. Le bikepacking est donc son équivalent à vélo. Les adeptes de la discipline se considèrent comme des cyclotouristes, tout en se distinguant des cyclo-voyageurs habituels. En effet, là où les cyclotouristes vont charger leurs vélos avec porte-bagages et sacoches doubles et triples, les bikepackers eux vont privilégier le minimalisme. Pas de porte-bagages et des sacoches bikepacking adaptées, qui se fixent sur le cadre du vélo directement. 

L'une des premières vertus du bikepacking est le retour à l'essentiel, sans superflu, pour retrouver l'essence même du voyage. C'est dans cet esprit de liberté que les adeptes de bikepacking aiment à emprunter tout type de terrain. En effet, le bikepacking peut aussi se définir comme une sorte de randonnée à vélo. Les chemins accidentés ne sont jamais une contrainte pour le bikepacker, qui préfère souvent se déplacer en VTT ou gravel bike pour s'aventurer hors des chemins battus.

Quelle préparation faut-il pour le bikepacking ?

La préparation est très importante en bikepacking afin de profiter pleinement de l'aventure à vélo. L'organisation de l'équipement bikepacking dans les sacoches, quoi prendre et en quelle quantité, dépend de la météo, de votre itinéraire, d'où vous souhaitez bivouaquer la nuit. Votre vélo également doit être maniable, chargé de façon équilibré et performant. 

Pour une bonne préparation, il est impératif de faire des essais avec différentes configurations de matériel et de chargement. Faites des tests avec tel ou tel équipement pour identifier en pratique ce qui est inutile et ce qui est indispensable. Un grand nombre d’objets apparemment importants sur le papier peuvent s’avérer totalement superflus dans la pratique quotidienne. En outre, la préparation d’un voyage en bikepacking sera différente selon la saison. Par exemple, un bikepacking en hiver imposera un chargement bien plus important, avec un duvet plus épais, des vêtements plus chauds, une tente adaptée, etc. Et de la même manière, il est très important de tester son matériel préalablement ne serait-ce que sur deux jours pour s’assurer qu’il soit adapté aux conditions météorologiques.

Le matériel à emporter dépend également de la durée de votre périple : des jours, des semaines ou des mois. Il faudra prévoir un matériel différent, et apprendre à faire plus de sacrifices de matériel sur un long périple. En effet, transporter 1 kilo de trop sur 200 km a peu d’impacts, mais sur 10.000 km ça peut faire la différence. 

Alors, quel équipement bikepacking emporter ? Matériel de bivouac et outils de rechange, et comment tout ranger dans vos sacoches. La liste de matériel bikepacking suivante a pour vocation d’apporter aux futurs bikepackers quelques pistes et idées de chargement pour leurs projets de périples.

Quel matériel de bivouac apporter en bikepacking ?

Comment dormir en bikepacking ?

Le bikepacking en France offre un grand nombre de possibilités en ce qui concerne les hébergements de nuit. Vous pouvez tout aussi bien choisir de dormir chez l’habitant, à l’hôtel ou en pleine nature. Si le mode bivouac augmente le chargement du vélo avec une grosse logistique et plus de matériel, il apporte cependant une totale liberté au cycliste. La tente étant l’élément le plus imposant du chargement, son choix est donc crucial.

Les critères les plus recherchés pour la tente bikepacking sont, bien entendu, la légèreté, l’encombrement et la facilité de rangement dans les sacoches. De façon général, elle se range dans la sacoche de selle, pour une meilleure répartition du poids. Pensez donc à regarder les mesures indiquées avant d'acheter votre tente de bivouac vélo. Si vous ne trouvez pas satisfaction, un hamac peut offrir une excellente alternative. Peu encombrant et léger, il a l'avantage de garantir une totale isolation du sol en cas de grand froid et un confort unique. Il convient de marier le hamac avec une bâche anti-pluie pour s’assurer de bivouaquer au sec.

Pour finir, le sac de couchage doit être également le plus léger possible, à l’encombrement faible. Il se range soit dans la sacoche de selle, soit dans la sacoche de guidon si vous en avez une au volume assez conséquent. En cas de voyage estival, il est recommandé de prendre un sac de couchage synthétique à faible garnissage pour un meilleur confort et une meilleure résistance à l’humidité. En revanche, en hiver le duvet en garnissage plumes s’avère bien plus isolant, chaud, léger et compressible qu’un synthétique. Toutefois, il n’aime pas l’humidité, à coupler donc avec une bonne tente ou bivy imperméable.

Ne pas oublier le matelas. Qu’ils soient gonflables ou autogonflants, les matelas pneumatiques sont des incontournables du bivouac en bikepacking. Même si la fonction du matelas est de garantir un meilleur confort nocturne, son utilité première est l’isolation du sol. En effet, lors de camping hivernal à vélo, le froid vient principalement du sol et le matelas pneumatique est la première barrière isolante. Toujours vérifier la R-Value lors de l’achat d’un matelas gonflable. La R-Value correspond au niveau de résistance thermique du matelas. Plus elle est élevée, plus la température minimum d’utilisation est basse. Comme la tente, le matelas se range de préférence dans la sacoche de selle. Pour aller encore plus loin dans le bivouac bikepacking, la tente n’est pas forcément la seule solution pour se protéger des conditions extérieures. Beaucoup de bikepackers optent également pour le bivy. Le bivy, aussi appelé sursac de couchage, est un abri individuel minimaliste et très léger qui protège du froid et des intempéries. Il existe sous plusieurs formes et peut se résumer en un grand sac dans lequel on entre pour rester au sec pendant la nuit. Ses avantages sont sa légèreté (certains peuvent peser moins de 200 grammes) et son encombrement. Un matériel de bivouac taillé pour le bikepacking ultra léger. À éviter quand on n’est pas à l’aise dans un petit espace ou claustrophobe.

Quelle vaisselle de camping en bikepacking ?

Le choix des popottes de bivouac est également important. Pour ne pas encombrer le vélo en termes de poids et d'espace. Une bonne vaisselle de camping se caractérise dans un premier temps par sa légèreté. Il faut choisir des marques qui proposent du matériel de qualité alliant légèreté et robustesse. Ensuite, il faut choisir également des accessoires de cuisine pour bivouac compactables. Des couverts qui s'emboîtent, par exemple, des casseroles avec manche démontable, etc. Des marques comme UCO proposent aussi d’excellentes alternatives au métal pour bivouac, avec des couverts et gamelles en bambous (75%), amidon et résine qui leur apporte solidité et légèreté. UCO développe aussi matériaux à base de nylon et fibre de verre qui offrent également une excellente résistance et légèreté.

Pour faire chauffer vos aliments, optez pour les réchauds de poche. Très utiles, ils se rangent facilement sans prendre de place. On privilégie la sacoche de cadre, dans ce cas, pour que son poids soit placé proche du centre de gravité du vélo. Certains sets de cuisson intègrent un pare-vent pour éviter que le flamme ne s'éteigne. C'est le cas du set de cuisson de poche de marque Esbit, en aluminium, composé d'un un kit réchaud et de popotes.

Si vous n'êtes pas adeptes du réchaud en bivouac, sachez qu'il existe de nombreuses recettes de voyage. Nous vous proposons une formule simple, rapide et efficace pour un bon repas en bikepacking ; apportant tous les nutriments nécessaires à l’activité sportive intensive :

  •  Base de flocons d’avoine (70%) >> fibres, glucides, antioxydants
  • Cacahuètes, arachides (15%) >> acides gras non saturés, protéines, minéraux
  • Raisins secs (15%) >> glucides, vitamines, fibres, minéraux

Ajouter de l’eau et mélanger. À compléter à loisir avec ce que l’on trouve sur la route (bananes, pommes, prunes, miel, etc.).

Quels accessoires, outils et pièces de rechange bikepacking ?

Les vêtements vélo pour bivouac en été et hiver

De la même manière que l’on ne sort pas en imperméable quand il fait beau, les vêtements que l’on emmène sur un périple en bikepacking doivent toujours correspondre à la météo et à la saison.

Ainsi, lors d’une sortie hivernale, il faut respecter la fameuse règle des trois couches :

  • La couche respirante pour rester sec et frais pendant l’effort (t-shirt technique respirant)
  • La couche isolante pour ne pas avoir froid (pull polaire)
  • La couche protectrice contre les éléments extérieurs comme le vent et la pluie (veste coupe-vent)

Pensez également aux gants et chaussures thermiques et imperméables, indispensables pour garder les extrémités au chaud.

En cas de sortie estivale, les conditions sont moins contraignantes, mais on transpire plus. Il faut donc prendre plus de vêtements de rechange de base (sous-vêtements, shorts, t-shirts respirants…) tout en gardant une veste imperméable en cas de pluie.

En toutes saisons, avoir toujours des sous-vêtements de rechange, car on n’a pas toujours l’occasion de les laver sur la route. Élément important également, le cuissard. Il permet de soulager fortement les effets douloureux de la selle sur la durée.

Casques et feux, les accessoires de sécurité en bikepacking

La sécurité en bikepacking, comme dans toute activité cyclable, est une priorité. Par conséquent, il est indispensable de rouler avec un casque, qui est par ailleurs obligatoire dans certains pays. Au moment du choix du casque, toujours s’assurer qu’y soit inscrite la mention CE, qui garantit un niveau de sécurité de base. Pour toutefois garantir la meilleure protection possible, la technologie MIPS sera un excellent critère de choix. En bikepacking, le casque idéal est bien entendu celui qui arrive à se faire oublier. Pour cela, il doit être léger pour rester agréable à porter sur la durée, et doit être suffisamment aéré pour évacuer la transpiration due à l’effort. Une petite visière peut être un plus pour éviter l’éblouissement dû au soleil.

L’éclairage est tout aussi important lorsqu’il s’agit de la sécurité à l’occasion d’une route de nuit ou sous la pluie. À ce titre, il est judicieux de choisir des lampes avant et arrière capables de se fixer à des sacoches bikepacking. Pour choisir une lampe adaptée à la pratique du bikepacking, il faut également veiller à ce qu’elles soient totalement imperméables, qu’elles aient une autonomie suffisante pour tenir plusieurs jours, et qu’elles puissent se charger via prise USB. En bikepacking, vous êtes souvent amené à rouler sur des routes perdues sans le moindre éclairage, il est donc conseillé de choisir un éclairage d’une puissance de 1000 lumens. Certains modèles peuvent se fixer aussi directement au casque à l’aide de sangle ou velcro, l’éclairage peut alors aussi servir de lampe frontale en cas de bivouac nocturne.

Les multi-outils et composants vélo de rechange

Quel que soit le niveau d’expérience du bikepacker, il est toujours à la merci d’une casse ou d’un problème technique dans des zones reculées. Pour garder son autonomie et limiter les risques, certains multi-outils et pièces de rechange peuvent s’avérer indispensables. Ne pas oublier de ranger ces éléments lourds dans la sacoche de cadre pour préserver l’équilibre du vélo.

L’élément du vélo le plus vulnérable en bikepacking : les pneus. Si vous roulez en tubetype, pensez à prendre avec vous des chambres à air de rechange. Nous vous proposons un guide complet sur les chambres à air pour vous aider à faire votre choix. Si vous roulez en tubeless, pensez aux kits de réparation avec mèches, bombes aerosols et autres accessoires tubeless pour réparer votre pneu en cas de perforations. Dans tous les cas, n'oubliez pas de prendre avec vous une mini-pompe à main.

Autre pièce indispensable à surveiller, la chaîne de vélo. Pensez à en avoir une de rechange, accompagnée d’un dérive chaîne et tous les outils nécessaires à son remplacement. Ajoutez à cela un multitool ou pince multifonction ainsi que de l’huile de chaîne, le vélo est paré pour l’aventure.

Comment organiser votre équipement bikepacking dans vos sacoches ?

Les sacoches de selle, de guidon et de cadre pour le matériel de bivouac

Pour la plupart des adeptes du bikepacking, le chargement standard se constitue d’une sacoche de selle, une sacoche de guidon et une sacoche de cadre. Les qualités nécessaires pour faire de bonnes sacoches de bikepacking sont la légèreté, la robustesse et l’imperméabilité.

La sacoche de selle peut disposer d’un grand volume de chargement, allant de 5 à 15 litres. Elle se cale sous les rails de la selle tout en étant attachée à la tige de selle. Sa résistance au vent est nulle, car totalement protégée par la selle et le corps du cycliste. Il faut toujours veiller à ce que la sacoche de selle soit totalement imperméable, car c’est ici que se rangeront les vêtements et accessoires de couchage.

La sacoche de guidon, quant à elle, est parfaite pour pouvoir accéder au matériel pendant la route. Il convient donc de veiller à ce que le modèle permette d’ouvrir le sac facilement, ce qui permettra au cycliste de prendre un appareil photo ou grignoter quelque chose tout en roulant. La sacoche de guidon offre, comme la sacoche de selle un large volume de chargement possible, pouvant aller jusqu’à 15 litres.

La sacoche de cadre, enfin, est pensée pour s’installer dans le triangle du cadre. Certains modèles universels conviennent à toutes les tailles de vélo. Il existe également des sacoches de cadre partielles qui permettent de laisser libre l’emplacement des bidons d’eau. Il y a aussi des sacoches de cadre dites “frame bag” qui s’installent à l’intérieur du cadre et d’autres appelées “top tube” qui se fixent sur le dessus de la barre centrale de cadre.

Comment optimiser la stabilité et l'équilibre du vélo ?

Pour l’organisation du rangement des sacoches en bikepacking, les deux maîtres-mots sont : légèreté et stabilité. Stabilité, car le chargement en bikepacking doit composer avec un centre de gravité plus haut que sur un vélo de cyclotourisme traditionnel à sacoches latérales. Voyons comment optimiser la stabilité et l’équilibre du vélo grâce à son chargement. Il faut tout d’abord identifier quel est le matériel le plus lourd et dense du chargement. Il s’agit généralement des outils, pièces de rechange, matériel de camping et nourriture. Il faut alors les disposer dans la sacoche du cadre en y disposant les éléments les plus lourds bien au fond de la sacoche. Ainsi, le gros poids du chargement sera centré sur le cadre du vélo et le centre de gravité restera relativement bas.

Par ailleurs, la sacoche de selle étant généralement la plus haute, il convient d’y ranger du matériel léger, mais volumineux comme la tente, le sac de couchage ou des vêtements. De cette manière, la stabilité du vélo ne sera pas trop perturbée par la sacoche.

La sacoche de guidon est également disposée plus haut que la sacoche de cadre, il faudra donc y mettre des objets qui ne soient pas trop lourds, mais aussi du matériel dont on pourrait avoir besoin rapidement, et plus accessibles. Nous pourrions donc y mettre quelques snacks, une veste de pluie, téléphone, appareil photo ou autres cartes routières.

Bikepacking VTT, gravel ou route, quel vélo choisir ?

Nous ne parlons plus ici d'équipement à proprement parler, mais des pneus et autres composants selon le type de vélo sur lequel vous allez faire votre aventure. Car de votre vélo, va découler une organisation différente. En bikepacking, pas besoin d'oeillet ou de fixations particluières mais certains composants du vélo doivent être pris en compte. Les pneus, la transmission, par exemple, vont dépendre du type de bikepacking : de la micro-aventure au long périple.

Quel equipement gravel bikepacking choisir ?

Le vélo de gravel, grâce à sa conception, est adapté à plusieurs types de surface. La forme de son guidon et sa conception le rendent performant sur route. Et ses pneus gravel épais, ses rapports de transmission plus bas et sa maniabilité stable lui apportent une grande aisance sur tout-terrain. Il est parfait pour ceux qui ne veulent pas se contenter de la route ou du trekking, en apportant une polyvalence de plus en plus appréciée des bikepackers.

Quel équipement pour du bikepacking VTT ?

Le VTT en bikepacking est possible, mais principalement conçu pour le cyclisme hors route. Ce type de vélo et son choix de matériau est pensé pour améliorer sa longévité et ses performances sur les terrains accidentés, avec des pneus à crampons plus larges et des roues plus solides. Il sera évidemment plus robuste, mais aussi plus lourd. Son choix dépendra donc principalement du type route envisagée.

À noter, qu’un vélo sans suspension est un choix plus polyvalent et adapté, car le cadre du vélo non encombré par les suspensions offrira plus de place pour une sacoche de cadre. En revanche, le tout suspendu peut être une solution intéressante pour limiter la fatigue corporelle accumulée par de longues heures sur routes accidentées.

Quel équipement pour du bikepacking route ?

Faire du bikepacking principalement sur route, même si cela semble contradictoire, est bien possible et est même très plébiscité par les bikepackers en recherche de performance et de vitesse. Pour battre des records sur des longs parcours de plusieurs jours, les vélos de route sont la réponse idéale. Avec un cadre léger et fin, il pourra transmettre efficacement l’énergie au vélo. Ses pneus route étroits et lisses sont idéalement adaptés à la vitesse sur route. Il dispose aussi, à l’image des autres types de vélo, des emplacements nécessaires à l’installation des différents rangements et sacoches de bikepacking.

Bikepacking, la liste du matériel à emporter en été ou en hiver

Liste de matériel bikepacking pour quelques jours de rando en été :

  • Des sacoches bikepacking légères et imperméables
  • Une tente, ou bivy ou hamac + bâche
  • Un matelas gonflable ultraléger (R-Value de 1 à 2)
  • Un sac de couchage léger en matière synthétique
  • Un réchaud, une gamelle et des couverts légers
  • Un couteau suisse ou équivalent
  • Des aliments stockés dans des sacs de congélation (céréales, fruits secs, graines…)
  • Des affaires de toilette de base, une trousse de secours et crême solaire
  • Des vêtements légers et sous vêtements de rechange (matières techniques ou mérinos)
  • Une veste imperméable
  • Un casque
  • Des bidons d’eau Une lampe avant et arrière de 1000 lumens
  • Un GPS ou application GPS sur smartphone ou une carte type IGN
  • Un chargeur solaire ou batterie externe (minimum 10000 mAh)
  • Des outils d’appoint (multi-outils, chambres à air, pompe, huile, kit de réparation…)

Liste de matériel bikepacking pour quelques mois de rando en 4 saisons :

  • Des sacoches bikepacking légères et imperméables
  • Une tente quatre saisons, ou bivy
  • Un matelas gonflable (R-Value de 4 minimum)
  • Un sac de couchage chaud et léger en duvet naturel
  • Un réchaud, une gamelle et des couverts légers
  • Un couteau suisse ou équivalent
  • Des aliments stockés dans des sacs de congélation (céréales, fruits secs, graines…)
  • Des affaires de toilette de base et une trousse de secours
  • Des sous vêtements thermiques et respirants
  • Un pull polaire chaud
  • Une veste coupe-vent et imperméable type Gore-Tex
  • Un cuissard
  • Un casque
  • Une lampe avant et arrière de 1000 lumens
  • Un GPS ou application GPS sur smartphone (maps.me)
  • Un chargeur solaire ou batterie externe puissante (minimum 20000 mAh)
  • Des outils et matériel de rechange (multi-outils, chambres à air, pompe, huile, kit de réparation, câbles de rechange, clé à rayons…)

Nous vous proposons de télécharger cette liste de matériel bikepacking, pour vous aider à vérifier que vous emportez le nécessaire lors de vos préparatifs.

 
Il n'y a pas encore eu de question sur cette fiche conseil